Jeûnons ensemble


« Cessez » – Spiritualité du 7ème jour

Une redécouverte pour aujourd’hui de l’antique parole des commencements

du jeudi 14 au jeudi 21 mars 2019

L’animation spirituelle sera assurée par l’abbé Eric Mattheeuws.

Soirée d’information : le dimanche 24 février à 19h30 à l’église St-Étienne

Nous vivons dans un monde qui valorise l’activité, la production, la création. En cela, il fait honneur aux premières paroles de la Bible, qui parlent de création et d’un univers confié à l’homme pour qu’il le fasse fructifier.

Mais, spécialement en Occident en ce 21e siècle, le problème est : comment arrêter la machine ? L’être humain et la nature elle-même donnent des signes d’essoufflement.

Or le Livre de la Genèse comporte des balises où puiser une sagesse de vie qui, en équilibre avec le travail créateur, intègre des repères et un repos. « Le septième jour, Dieu se reposa », il jeûna de son activité.

Nous puiserons dans ce texte très ancien d’heureuses inspirations pour nos vies d’aujourd’hui.

Ce jeûne est précédé d’une préparation physique, psychique et spirituelle. Il s’adresse à toute personne adulte en bonne santé et est suivi par un médecin. Le programme comprend 3 soirées d’enseignement, une promenade et une messe finale.

Contribution aux frais : 40 €

Vous trouverez de plus amples informations et un formulaire d’inscription sur le site www.jeunonsensemble.be

* * *

« Souvent rejeté, mais aussi parfois prisé au sein de la société actuelle, le jeûne est un des trois mots clés du Carême, avec la prière et le partage. Trois attitudes spirituelles que les chrétiens, avec les juifs et les musulmans, considèrent comme fondamentales dans la pratique de leur foi.

Comme cela est rappelé à l’occasion du Carême de Partage, le jeûne est libérateur, car il débarrasse de tout ce qui est superflu. Il est une forme de contestation et de protestation contre une culture qui nous provoque à croire que le sens de la vie est de posséder. Et le jeûne peut être un chemin de dépouillement.

Jeûner, c’est devenir plus humain, plus solidaire et plus soucieux de notre terre. C’est vivre selon une éthique de la sobriété qui crée un espace pour le bien vivre.

Jeûner, c’est changer, se changer soi-même, pour se rendre solidaire, pour partager, spécialement avec les hommes et les femmes qui luttent pour améliorer les conditions de vie de leurs familles, de leurs communautés, de leurs pays et, par-là, celles de l’humanité toute entière. » (« Populorum communio« , Lettre des évêques de Belgique, 2017)

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.